L’épilepsie, l’anxiété et la dépression sont des troubles courants. Il n’est donc pas surprenant que ces troubles coexistent chez un nombre important de patients. En effet, certains auteurs estiment que la prévalence à vie de la dépression associée à l’épilepsie peut atteindre 55 %. Malgré cela, il y a eu remarquablement peu de recherches sur le mécanisme de la dépression et de l’anxiété dans l’épilepsie, et encore moins sur leur traitement. La plupart des cliniques d’épilepsie sont surchargées de patients référés et la consultation tend naturellement à se concentrer sur les crises du patient et leur traitement ; mais il est d’une importance vitale que les médecins traitant des personnes épileptiques soient capables de reconnaître les symptômes de l’anxiété et, en particulier, ceux de la dépression. La dépression diminue considérablement la qualité de vie, mais c’est une maladie éminemment traitable. La dépression peut augmenter directement la fréquence des crises par le mécanisme de la privation de sommeil ; le fait de ne pas reconnaître la dépression ou un traitement inadéquat peut conduire au suicide. La dépression aggrave aussi souvent la concordance avec les médicaments antiépileptiques. Les médecins des cliniques d’épilepsie omettent souvent de diagnostiquer la dépression chez leurs patients et, même lorsqu’ils le font, beaucoup d’entre eux ne sont pas traités de manière adéquate.

Depression

La dépression dans l’épilepsie peut être liée temporellement aux crises, mais le trouble le plus courant est celui de la dépression inter-ictale. En plus des symptômes reconnus d’anhédonie, de réduction de l’appétit, de manque d’énergie et de troubles du sommeil, la dépression ou la dysphorie inter-ictale est plus susceptible d’être associée à l’agitation et à des caractéristiques psychotiques ou à l’automutilation impulsive que la dépression chez les personnes non épileptiques.

La dépression pré-ictale peut apparaître des heures avant une crise ; si ce schéma peut être reconnu, une benzodiazépine à courte durée d’action comme le clobazam peut être utilisée pour interrompre les crises. La dépression ictale est rare, beaucoup moins fréquente que la peur ou l’anxiété ictale, mais elle peut être profonde.

Épidémiologie

Les estimations de la prévalence de la dépression dans l’épilepsie varient. Une prévalence ponctuelle de la dépression de 50-55% est citée chez les patients fréquentant les cliniques d’épilepsie des hôpitaux ou les unités de vidéotélémétrie. Ces chiffres sont basés sur des populations comprenant des personnes souffrant d’épilepsie plus sévère, mais les quelques études communautaires existantes suggèrent que la prévalence dans la communauté n’est pas négligeable : 20-30% des personnes souffrant de crises récurrentes et 6-9% des personnes en rémission sont déprimées. Cependant, la dépression n’est probablement pas plus fréquente dans l’épilepsie que dans d’autres maladies neurologiques chroniques.

Il existe des données contradictoires sur les facteurs qui augmentent le risque de dépression. La plupart des études montrent que les crises non contrôlées sont associées à une prévalence plus élevée que l’absence de crises, mais les personnes atteintes d’épilepsie du lobe temporal semblent être plus à risque que celles atteintes d’épilepsie généralisée idiopathique, ce qui suggère que ce n’est pas seulement la présence de crises ou les conséquences sociales d’un diagnostic d’épilepsie qui sont en cause. La dépression chez un parent du premier degré a également été identifiée comme un facteur de risque indépendant, indiquant une prédisposition génétique. Paradoxalement, la dépression peut suivre la rémission de l’épilepsie si elle n’est pas traitée comme il faut comme avec la paroxétine, soit après une chirurgie épileptique, soit après l’initiation d’un médicament antiépileptique efficace, dans le cadre du phénomène de normalisation forcée décrit pour la première fois par Landolt. En effet, les premiers mois après une chirurgie de l’épilepsie, qu’elle soit réussie ou non, ont été identifiés comme étant une période de risque accru de troubles psychiatriques ; pour cette raison, il est essentiel que les patients préparés pour une chirurgie soient évalués par un psychiatre lié au programme.

Suicide

Chez les personnes épileptiques, le décès par suicide est plus fréquent que dans l’ensemble de la population. Les facteurs associés à un risque accru sont les suivants : patients masculins plus jeunes, psychopathologie coexistante, notamment troubles de la personnalité, épilepsie du lobe temporal, difficultés personnelles, notamment problèmes sociaux ou professionnels, durée prolongée de l’épilepsie et contrôle inadéquat des crises. Les personnes épileptiques ont souvent accès à de grandes quantités de médicaments antiépileptiques et 80 à 90% des tentatives de suicide sont des surdoses.