La vitrophanie est une manière d’exposer un message ou une image à travers la vitre d’un magasin en général c’est un aspect décoratif ou une initiative marketing

Pour décorer temporairement ou à long terme les fenêtres de votre entreprise afin de célébrer les fêtes, les saisons ou « juste parce que », les autocollants pour fenêtres sont la solution. Ces adhésifs en vinyle existent dans toutes les formes et tous les motifs imaginables.

La raison d’être de la plupart des fenêtres est de permettre une perspective vers l’extérieur et de laisser entrer la lumière dans une structure. La raison d’être des vitraux, néanmoins, n’est pas de permettre aux individus de voir à l’extérieur, mais d’améliorer les structures, de contrôler la lumière et, en général, de raconter une histoire. Nombreux sont ceux qui admettent que les vitraux ont été fabriqués pour la première fois par les anciens Égyptiens et les Romains, qui dominaient tous deux, dans une large mesure, la création de petits objets en verre ombré.

Techniques de collage vitrophanie

Le vitrail ou vitrophanie a connu différents niveaux de popularité au cours de l’histoire. Les 12e et 13e siècles en Europe ont été désignés comme l’âge d’or du vitrail. Toutefois, à la Renaissance, le vitrail a été remplacé par le verre peint et, au XVIIIe siècle, il était rarement, voire jamais, utilisé ou fabriqué selon les méthodes médiévales. Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, les artistes européens ont redécouvert comment concevoir et travailler le verre selon les principes médiévaux, et de grandes quantités de vitraux ont été fabriquées. Et de nos jours on parle plus d’autocollants et vitrophanie.

Les Techniques anciennes

L’artisanat du vitrail est la postérité évidente d’œuvres d’art antérieures telles que la mosaïque et le placage. Le mosaïste a eu l’idée de créer des images étonnantes à partir de nombreux morceaux de verre coloré. Le placage cloisonné a vraisemblablement propulsé non seulement la procédure consistant à restreindre ces pièces avec des bandes de métal, mais aussi celle consistant à considérer ces bandes comme un élément positif du plan. De même, les émailleurs ont dû créer le placage de verre foncé proche, produit à l’aide de poudre de rouille et de verre broyé, mélangé à une pâte douce à base d’eau pour former une peinture. Cela pouvait être utilisé pour délivrer de manière assez obscure sur le verre les subtilités des figures, des ornements et des gravures.

De nos jours

Le vitrail ou vitrophanie est toujours fabriqué de la même manière qu’au Moyen Âge et se décline en différentes structures. Pour le verre utilisé dans les vitraux, un morceau de verre liquide est accéléré vers un côté d’un tuyau de soufflage, soufflé dans une chambre, coupé, redressé et refroidi. Les artisans modifient également ce cycle essentiel pour obtenir différents résultats. Par exemple, le « verre strié » est fabriqué en plongeant une boule de verre blanc liquide dans du verre coloré liquide, ce qui, une fois soufflé et lissé, donne un dégradé moins important puisqu’il sera blanc d’un côté et coloré de l’autre.

Les prétendus « morceaux normands » sont fabriqués en soufflant le verre liquide dans une forme ressemblant à une bouteille à quatre côtés. Les côtés sont coupés en sections séparées et structurées, maigres sur les bords et jusqu’à 0,25 pouce (0,6 cm) au milieu. Un autre type de verre, connu sous le nom de verre d’église, est déplacé en feuilles de niveau. Il en résulte une uniformité assez fastidieuse de la surface et de l’épaisseur. D’autres verres fabriqués de la même manière sont dits de collection marine, mais leur surface est d’autant plus effervescente.

Les autres méthodes en vogue sont l’utilisation de simple autocollant au lieu de vitrophanie qui place le message ou logo souhaité à l’intérieur du verre les autocollants n’apparaissent pas aussi bien.